La notion de juge et parti...vu par Rachida Dati

Publié le par Le Veilleur

La ministre de la Justice Rachida Dati a laissé entendre samedi qu'elle n'était pas favorable à la remise en cause de la réprimande infligée à Fabrice Burgaud par le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) sous prétexte qu'un de ses membres avait autrefois examiné des demandes de mise en liberté d'un des accusés de l'affaire d'Outreau.

Le président du CSM, Vincent Lamanda, a annoncé vendredi qu'il avait convoqué Xavier Chauvigné, l'un des membres de la formation disciplinaire ayant sanctionné l'ancien juge d'instruction, après avoir appris avec "stupéfaction" que M. Chauvigné avait appartenu à l'une des chambres de l'instruction de la cour d'appel de Douai ayant statué sur les demandes de l'abbé Dominique Wiel, un an après le départ de M. Burgaud du tribunal de Boulogne-sur-Mer.

"Il y a eu une décision qui a été prise par le Conseil supérieur de la magistrature" et M. Chauvigné "est membre" du CSM, a déclaré Mme Dati sur France-Info. "Que je sache, lorsqu'il y a eu des débats, personne ne l'a mis en cause. Donc évitons des mises en causes un peu gratuites."

"M. Chauvigné a été partie à cette affaire en 2003, je crois, et à ce moment-là M. Burgaud n'était plus en charge de l'instruction (...) Ils n'ont pas siégé en même temps dans le cadre de cette affaire dite d'Outreau", a insisté la garde des Sceaux. "On verra" après les explications du magistrat, mais "aujourd'hui la décision n'est pas entachée d'illégalité", a conclu Mme Dati.

"Il est invraisemblable qu'un magistrat ait pu siéger au sein du CSM pour juger Fabrice Burgaud alors que lui-même avait siégé à la chambre de l'instruction alors que la question de la détention est la question cruciale du dossier d'Outreau", avait déploré vendredi Me Patrick Maisonneuve, l'un des avocats de M. Burgaud. Ceux-ci entendent se servir de cette nouvelle péripétie pour demander l'annulation de la sanction devant le Conseil d'Etat qui devrait examiner le recours de Fabrice Burgaud.

Source Nouvelobs.com

Drole de notion de justice pour la garde des Sceaux...

Commenter cet article

walkmindz 26/04/2009 16:41


le prototype rachida
Si j’étais directeur de casting institutionnel, connaissant l’avis volatile voire contre-productif de vox populi et la vulgarité consubstantielle des bénévoles humanistes, il faudrait anticiper les modes savamment marquetées et les mœurs faussement transgressives en promotionnant…
… des protagonistes en forme de logo ou de statistiques, correspondant au bruit du folklore et à l’odeur du groupe, le niveau de compétence et l’expérience sont accessoires dans cette affaire si les critères de fantasmes, de représentation puis de personnification sont remplis, ne pas s’inquiéter des dommages putatifs, l’arrière-boutique n’intéresse personne tant que la vitrine est belle.

Ou
… des produits voués à l’échec, que la concurrence laisse en jachère car ils ne sont pas conformes au standard de vente, mais leur mise en marché plus symbolique que mercantile permet à la fois d’organiser la panique chez l’outsider et de diversifier son offre thématique, tout en fidélisant des consommateurs sans avoir à les éduquer.
Ou
… le naturel national, les fondamentaux patriotiques et le collectif docile, les pratiquants professionnels de l’hymne font de bons VRP républicains, le dirigisme empirique d’un entraîneur ou le volontarisme conditionné d’un sportif séduit les futurs licenciés comme les masochistes en manque d’autorité.
La suite :
http://souklaye.wordpress.com/2009/03/25/le-subjectif-au-conditionnel-si-j’etais-directeur-de-casting-institutionnel/