Brice Hortefeux réclame un "coup de collier" contre la délinquance

Publié le par Le Veilleur

Face à la montée de la délinquance violente, le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux a annoncé qu'il allait demander un "coup de collier" aux forces de sécurité, notamment sur les cambriolages. Les syndicats SGP et Unité police (majoritaire) lui ont répondu aussitôt qu'un effort supplémentaire ne serait possible qu'avec des effectifs et des moyens. Ce qui n'est pas le cas selon eux. Des réductions d'effectifs sont prévues dans le cadre des restrictions budgétaires et le gouvernement a même envisagé, avant de se raviser, de renoncer à intégrer dans les écoles de police plusieurs centaines de "cadets de la République" de 18 à 25 ans ayant réussi des tests.

Brice Hortefeux a convoqué par anticipation le 1er septembre, au lieu du 14, les responsables de la police et de la gendarmerie. Il entend aussi recevoir les préfets des dix départements qui ont les meilleurs résultats et ceux des dix départements où les chiffres sont les plus mauvais afin, dit-il, de dégager des pistes de réflexion. "Il y a une évolution de la délinquance et ça signifie que les modes opératoires de la police et de la gendarmerie doivent évoluer", a-t-il dit sur RTL. Selon lui, la réunion de la police et de la gendarmerie sous l'autorité de son ministère, entrée en vigueur le 3 août dernier, va favoriser son travail.


La crise responsable ?


"Le coup de collier, les policiers de terrain le donnent tous les jours alors que le niveau de violence augmente depuis quelques mois, en particulier au cours de leurs interventions", rétorquent les syndicats policiers dans un communiqué. Ceux-ci expliquent le retournement de tendance concernant l'évolution de la délinquance par la crise économique et estiment que la baisse précédente était à mettre au crédit de la police. Alors que le chômage était déjà très fort dans les banlieues populaires au moment des violences de 2005, le chômage est en augmentation quasi constante depuis plus d'un an. Les policiers ne se jugent donc pas responsables. Ils demandent une réouverture des négociations sur les indices salariaux.

De son côté, le ministre Brice Hortefeux dit écarter l'explication de la crise économique comme facteur aggravant. "Je ne vais pas chercher des excuses aux délinquants et aux voyous. Ce n'est pas parce que notre pays traverse une crise économique mondiale que des comportements hors-la-loi peuvent être excusés", a-t-il dit. Des statistiques publiées lundi par l'Observatoire national de la délinquance montrent que les violences aux personnes ont augmenté de 4,3 % sur l'année, une tendance connue depuis longtemps, mais qui s'accentue. Les atteintes aux biens diminuent de 1,1 %, mais c'est la baisse la plus faible depuis 2003, note l'Observatoire. La tendance a été illustrée par un 14 juillet particulièrement violent, avec 240 interpellations, et une série de violences urbaines ces dernières semaines dans des banlieues, consécutives à des décès lors d'opérations de police.

Source LePoint.fr

Commenter cet article

Fred de Roux 02/09/2009 22:25

Comment ça, on va encore établir des comparaisons entre les bons et les mauvais résultats de la police ? Et pour en tirer une substantifique moelle stratégique ? Il ne se torche pas du coude le tout nouveau ministre de l'intérieur. S'il croit que son apparition fera reculer la délinquance, il se met le doigt dans l'oeil. Le tout répression n'a jamais rien donné de bon. En outre, ce n'est pas la refonte de la police et de la gendarmerie dans un seul corps qui fera changer les comportements de ceux que ce monsieur veut épingler. On s'enfonce dans la crise, mais il préfère n'en pas tenir compte. C'est tellement plus simple de montrer du doigt les "incompétences" des préposés à l'ordre public...

patate 19/08/2009 19:52

la delinquance esxiste encore avec sarko et hortefeux? Mais non!!!!!!!!!!!!!! les zorros ont tout reglés !