Supercherie au supermarché

Publié le par Le Veilleur

Qui a dit qu’on ne trouvait pas de clients dans un supermarché un lundi 17 août à 11 heures ? Pas Luc Chatel en tout cas. Lundi, le ministre de l’Education nationale, s’est rendu à l’Intermarché de Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne) afin de constater le maintien des prix sur les fournitures scolaires pour la rentrée. Interrogeant plusieurs clientes présentes sur place, il a eu l’heureuse surprise de rencontrer des personnes toutes au fait de l’opération des «essentiels de la rentrée» (1), et pour certaines ravies de la baisse des prix. Une coïncidence qui a surpris les journalistes présents, vite convaincus qu’il s’agit d’une mise en scène avec des militants ou sympathisants UMP. Une affaire révélée par France Inter hier matin.


Mère de famille.

 Une demi-heure avant l’arrivée de Luc Chatel, l’Intermarché est presque vide. A 10 h 45, selon plusieurs témoins, une petite dizaine de femmes, type mère de famille idéale, débarquent ensemble dans le supermarché. Elles prennent des chariots mais se comportent de façon très étrange, selon une journaliste reporter d’images de France 3 : «Elles se saisissent de quelques affaires au rayon des fournitures scolaires, mais au lieu de continuer à faire leurs courses, elles restent là, à attendre en rang d’oignons.» La présence de ces clientes modèles est d’autant plus heureuse que quelques heures plus tôt, lorsqu’il contacte l’Intermarché de Villeneuve-le-Roi pour obtenir une autorisation de filmer, un journaliste télé se voit répondre «qu’il risque de ne pas y avoir grand monde».


Vers 11 h 30, Luc Chatel arrive en compagnie d’Hervé Novelli, secrétaire d’Etat au Commerce. Célia Quilleret, journaliste à France Info, décrit l’attitude de ses femmes, «plantées au rayon fournitures scolaires derrière le ministre». Le doute s’installe chez les journalistes, dont beaucoup refusent d’interviewer ces «étonnantes clientes» et font part de leur suspicion à l’attachée de presse de Luc Chatel. D’après les journalistes, la conseillère, «gênée et écarlate», dément catégoriquement que ces consommatrices aient été dépêchées, mais s’inquiète d’éventuelles retombées de l’affaire (2).


Rush.

 Une des clientes se met alors «sur le chemin du ministre, de sorte qu’il ne puisse pas la louper», raconte Célia Quilleret qui, après s’être interrogée sur l’attitude à adopter, lui tend son micro. Son nom, Virginie Meyniel. Elle se présente comme une mère de famille qui ignore tout de la visite du ministre et profite de ses vacances pour anticiper le rush de la rentrée. A Luc Chatel qui lui demande : «Connaissez-vous "les essentiels de la rentrée" ?», elle répond par l’affirmative et s’enthousiasme «des prix intéressants et assez bas». En fait, Virginie Meyniel est conseillère municipale, chargée entre autres des affaires scolaires, à Vulaines-sur-Seine (Seine-et-Marne), dont le maire est proche de l’UMP. La ville où elle exerce son mandat est située à près de 50 km du supermarché de Villeneuve-le-Roi ! Des éléments qui font douter de son témoignage et renforcent l’hypothèse d’une scénographie. Le responsable marketing du magasin, joint par Libération, s’étonne de la polémique, et affirme que ces clientes sont des habituées. Puis lâche un étonnant : «Notre ministre n’a pas besoin de publicité !» Faut-il voir dans cette éventuelle supercherie une action zélée de militants UMP ou une initiative malheureuse du magasin ? Plusieurs journalistes ont vu les clientes modèles repartir sans achats, certaines, dans le même véhicule. Plus tard, des vendeuses rangeaient sans trop savoir pourquoi des fournitures scolaires laissées dans les paniers et chariots…


Luc Chatel n’est pas le premier responsable politique à être mêlé à ce genre de manœuvres. Il y a un an, à Marseille, Nadine Morano, alors secrétaire d’Etat à la Famille, était tombée sur le client idéal dans un supermarché, en réalité un proche du député UMP du coin, Richard Maillé. En 2003, lors d’une opération prévention organisée par la Ligue contre la violence routière, des intermittents avaient été embauchés pour assister au discours de Nicolas Sarkozy. L’événement avait été présenté comme une manifestation volontaire de jeunes préoccupés par la sécurité routière. Et surtout, en 1990, Olivier Stirn, ministre du Tourisme du gouvernement Rocard, n’avait rien trouvé de mieux que de payer des figurants pour remplir la salle d’un colloque sur l’avenir de la gauche. Une duperie qui avait contraint le ministre à la démission.


(1) Une opération gouvernementale visant à bloquer les prix de certaines fournitures scolaires (2) Joint par Libération, le cabinet de Luc Chatel n’a pas répondu.

Source Liberation.fr

Commenter cet article