"La prison doit cesser d'être un monde de non-droit"

Publié le par Le Veilleur

Le PS "demande que toute la lumière soit faite" sur l'affaire de Fleury-Mérogis où un ex-détenu affirme avoir subi de graves violences, voire de la torture, de la part d'autres prisonniers commandités par les gardiens pour le dissuader de témoigner

Le parquet d'Evry a ouvert une information judiciaire pour violences aggravées à la suite de déclarations d'un ex-détenu de Fleury-Mérogis affirmant avoir subi des violences d'autres prisonniers, rapporte
Le Monde
du 29 juillet. L'ancien détenu, nommé "Adam" par le quotidien, aurait vu des membres de l'administration pénitentiaire porter des coups à un autre détenu, mort des suites de ses blessures. Ce n'est qu'après avoir assisté à cette scène compromettante, qu'Adam est victime de violences répétées de la part d'autres prisonniers. Il laisse entendre que son calvaire aurait été commandité par les surveillants, de façon à le dissuader de témoigner.


Viol, torture et barbarie


"On lui a fait comprendre qu'il devait se taire", estimé son avocat, Me Damien Brossier. Ses codétenus lui auraient fracturé la clavicule et un doigt, des blessures qui n'ont pas été soignées, selon Me Brossier.

Son client affirme qu'alors qu'il se trouvait à l'isolement, des prisonniers lui ont infligé des brûlures aux fesses avec une résistance, et l'ont violé avec le manche d'une balayette, selon l'avocat, qui estime que ces faits constituent des actes de torture et de barbarie. Toutefois, les faits de viol n'ont pas été mentionnés devant le juge d'instruction en avril, a-t-on expliqué de source judiciaire. "Si les faits sont avérés c'est quelque chose d'extrêmement grave et j'exige que toute la lumière soit faite. Il y une enquête en cours", a déclaré le garde des Sceaux, Michèle Alliot-Marie.

"La prison doit cesser d'être un monde de non-droit"


De son côté, Marie-Pierre de la Gontrie, secrétaire nationale PS aux libertés publiques et à la justice, estime que "la prison doit cesser d'être un monde de non-droit et si les conditions de travail des personnels sont souvent difficiles, les conditions de vie des détenus ne sont pas acceptables".

"Ce sera l'enjeu majeur du débat sur la loi pénitentiaire enfin inscrit le 14 septembre à l'Assemblée nationale", poursuit-elle, rappelant que Nicolas Sarkozy a estimé que l'état des prisons est "une honte pour notre République".

Le Parti socialiste "demande à la garde des Sceaux et à la justice que toute la lumière soit faite, rapidement et de manière incontestable" sur l'affaire de Fleury-Mérogis. "Fermer les yeux sur de telles accusations serait intolérable", conclut Marie-Pierre de la Gontrie.

Source NouvelObs.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article