La dynastie Sarkozy propulse son prince Jean

Publié le par Le Veilleur

Les Hauts-de-Seine — situés à un jet de Rolex de Paris — ne sont pas seulement le département le plus riche de France. Ils forment aussi le cœur de la Sarkozie. C’est à Neuilly, ville-phare de ce repaire de milliardaires, puis au Conseil général (législatif du département) que le jeune Nicolas Sarkozy a gravi les premières marches vers le pouvoir élyséen.


Verrouiller


Depuis, le président ne cesse de couver les Hauts-de-Seine d’un œil vigilant. La tactique politicienne rejoint celle du foot: il faut toujours assurer ses arrières en verrouillant. Et qui peut mieux le faire que la chair de sa chair? La dynastie recèle bien des avantages... Voilà le prince Jean — le fils du président — nanti à 23 ans d’une nouvelle mission: prendre la tête du Conseil général des Hauts-de-Seine à l’issue des élections locales de 2011.


Cet étudiant en droit — dont l’opulente chevelure apparaît comme un panache blond sur les marchés de Neuilly, les jours de campagne électorale — attire les suffrages féminins et ceux de sa génération de «Napistes», c’est-à-dire les rejetons dorés des quartiers chics de Paris et environs: Neuilly-Auteuil-Passy. Jean Sarkozy est devenu l’an passé conseiller général et a pris la direction du groupe UMP, grâce aux manœuvres ourdies par Isabelle Balkany — vice-présidente dudit Conseil général — qui forme avec son mari Patrick, l’actuel député des Hauts-de-Seine, un couple dont la sarkolâtrie n’a jamais été démentie.


Mère poule


Logiquement, Mme Balkany a été chargée de guider les premiers pas en politique du Dauphin et veille sur lui avec l’opiniâtre dévouement d’une mère poule, propulsant son grand poussin à la tête des Hauts-de-Seine. Or, la présidence de ce Conseil général est assurée actuellement par un ami personnel du président de la République, le ministre Patrick Devedjian. Qui voue aux Balkany une haine farouche.

Sentant son siège mis en péril, Devedjian a déclaré mardi au Monde qu’il allait se représenter en 2011 à la présidence des Hauts-de-Seine. Aussitôt, Isabelle Balkany a répliqué dans les médias en posant Jean Sarkozy en futur chef du département.

Au sein de l’UMP, la bagarre s’annonce rude entre les partisans de la dynastie sarkozyenne et ceux de l’ami du président Sarkozy!

Source Tdg.ch

Commenter cet article