Propos "off" de Sarkozy : une journaliste de France 3 entendue par la police

Publié le par Le Veilleur



"Il a suffi de moins d'une heure aux enquêteurs de la BRDP pour être convaincus que Carine Azzopardi n'avait rien à faire dans leurs locaux", écrit dans un communiqué le SNJ, qui demande à la direction de France 3 de lever sa plainte.




Sur cette vidéo, visionnée à plusieurs centaines de milliers de reprises, M. Sarkozy semblait très mécontent qu'un technicien de France 3 ne lui ait pas rendu son salut avant l'interview. Il avait également demandé au journaliste de France 3 Gérard Leclerc combien de temps il était resté "au placard".

Source AFP

Tous étaient ressortis libres, sans être mis en accusation. Ils avaient dénoncé une manoeuvre d'"intimidation" de la police pour révéler leurs sources.
A la suite de cette plainte, la police avait convoqué et entendu le 1er avril quatre journalistes, dont deux de France 3. Début juillet, le journaliste de France 3 Joseph Tual avait été entendu une deuxième fois.
France 3 a déposé plainte le 8 juillet 2008 pour "vol, recel et contrefaçon" après la diffusion sur internet d'une vidéo montrant Nicolas Sarkozy sur le plateau de la chaîne publique, hors antenne, avant un passage au journal "19/20" le 30 juin 2008.
Les syndicats SNJ et SNJ-CGT avaient appelé à la grève à France 3 jeudi matin "par solidarité" avec cette journaliste de la rédaction nationale, Carine Azzopardi. Le mouvement a été suivi par 4,89% du personnel de la chaîne publique, entraînant des perturbations sur plusieurs journaux de la mi-journée ("12-13"), remplacés par des éditions "tout en images", a indiqué la direction.
Une journaliste de France 3 a été entendue jeudi pour la deuxième fois par la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BBRDP), dans le cadre de l'enquête sur la diffusion sur internet de propos hors antenne de Nicolas Sarkozy, a-t-on appris de source syndicale.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article