Un sénateur UMP jugé pour viols sur mineure

Publié le par Le Veilleur

Jean Faure, élu de l'Isère, comparaît à partir de mercredi à huis clos devant la cour d'assises de Paris, où il est accusé d'avoir violé à de nombreuses reprises la fille de son ancienne maîtresse.

A partir de mercredi, la cour d'assises de Paris va se plonger dans le passé intime du sénateur UMP de l'Isère, Jean Faure. Agé de 72 ans, le parlementaire est accusé d'avoir violé la fille de son ancienne maîtresse, alors qu'elle avait entre 6 et 11 ans. La victime, aujourd'hui âgée de 28 ans, a demandé à ce que l'audience se tienne à huis clos. L'accusé nie les faits et assure qu'il s'agit d'un complot fomenté contre lui.


La plaignante affirme qu'entre 1986 et 1991, Jean Faure, alors sénateur-maire d'Autrans et amant de sa mère, lui aurait imposé des fellations et aurait commis des attouchements sur elle. Les faits se seraient déroulés dans un studio du VIème arrondissement de Paris -que l'homme politique louait pour la mère de la jeune fille- mais également de façon répétée dans un chalet de Courchevel (Savoie) et chez la grand-mère de la fillette, dans l'Eure.


Pendant de nombreuses années, la jeune fille garde le silence. Mais prend peur en 2003 quand le parlementaire, qu'elle n'a pas revu depuis des années, tente de reprendre contact avec elle, raconte-t-elle aux enquêteurs. Elle décide alors de porter plainte et, la même année, le bureau du Sénat lève l'immunité du sénateur pour qu'il puisse être entendu sous le régime de la garde à vue. Le 20 janvier 2004, Jean Faure est mis en examen pour «viols sur mineure par personne ayant autorité et attouchements sexuels».


Deux experts missionnés par le juge d'instruction ont jugé la version de la jeune femme crédible et cohérente. Jean Faure, qui risque jusqu'à 20 ans de réclusion criminelle, affirme au contraire qu'elle aurait été poussée à porter plainte par sa mère, qui lui doit de l'argent. Il a d'ailleurs porté plainte pour dénonciation calomnieuse contre son accusatrice.


Le verdict est attendu vendredi.

Source LeFigaro.fr

Commenter cet article