Sarkozy a fait ouvrir des magasins le dimanche pour les Obama

Publié le par Le Veilleur

Le président français Nicolas Sarkozy a déclaré mardi qu'il avait lui-même fait ouvrir des magasins un dimanche pour la famille Obama, au cours de sa récente visite à Paris, plaidant de nouveau pour un assouplissement des règles du travail dominical.

"Est-ce qu'il est normal que le dimanche, quand Mme Obama veut avec ses filles visiter les magasins parisiens, je doive passer un coup de téléphone pour les faire ouvrir ? ", s'est interrogé le président français, pendant une réunion à Courbevoie, dans la banlieue de Paris. "Tous ceux qui soutiennent le président Obama étaient présents, très bien. Qu'ils aillent maintenant leur expliquer pourquoi le dimanche nous sommes le seul pays où, à Paris, c'est fermé", a-t-il poursuivi. Michelle Obama et des deux filles avaient fait quelques emplettes à Paris, le 7 juin dernier, au lendemain des commémorations du Débarquement allié en Normandie, auxquelles le président américain Barack Obama avait participé. Depuis son élection en 2007, le président Sarkozy cherche à élargir la possibilité pour les commerçants d'ouvrir les magasins le dimanche. "Nous allons régler le problème avant l'été", a promis M. Sarkozy, alors que l'Assemblée nationale doit examiner à partir du 6 juillet une proposition de loi du parti majoritaire UMP autorisant le travail dominical dans les zones touristiques. "Il faut être raisonnable (...) qu'est-ce que ça peut bien changer ? Quel principe républicain cela remet-il en cause ? Faut-il absolument que les magasins soient ouverts aux heures et aux jours où les gens ne peuvent pas faire leurs courses ? ", s'est-il interrogé. "Avec 80 millions de touristes par an, ça fera un jour de plus où, dans les zones de tourisme, il y a aura de la croissance", a également plaidé Nicolas Sarkozy. "Il ne s'agit pas de dire que tout le monde va travailler le dimanche, je n'ai jamais dit ça", a-t-il précisé.

Source Rtlinfo.be

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article