Christiane Demontès : « Je ne suis pas fière d'être élue de la République

Publié le par Le Veilleur

« A quoi joue l'Etat ? C'est indécent ! », s'exclame Christiane Démontès, sénatrice PS du Rhône et marraine républicaine d'Alae Eddine. « On détruit la vie de ce jeune garçon ».


Arrivé légalement en France à l'âge de 15 ans, le jeune marocain est devenu sans-papiers à sa majorité. Depuis 9 mois, il vivait « caché » chez Georges Gumpel, délégué régional de l'Union juive française pour la paix. « Nous nous sommes rencontrés par hasard à une réunion alors qu'on lui disait « ne dors pas chez toi ce soir, c'est trop dangereux ». Alors je lui ai proposé de venir chez moi. Les policiers ne risquaient pas de débarquer, le scandale aurait été trop grand ».


Arrêté mardi, expulsé jeudi


Mardi soir, c'est avec son cousin qu'Alae Eddine discute sur un muret dans le quartier Mermoz quand des policiers lui demandent ses papiers. « Un contrôle d'identité au faciès », commente Georges Gumpel. Puis tout s'enchaîne très vite : garde à vue, puis transfert au centre administratif de rétention. Jeudi matin, 9 heures, le jeune homme est dans un avion de la Royal Air Maroc en direction de Casablanca. « C'est rare que tout se passe aussi vite. Visiblement, il y a eu précipitation quand les policiers se sont rendus compte du soutien dont bénéficiait Alae Eddine », analyse Rolland Jacquet, conseiller du 3e arrondissement spécialisé en droit. « L'Etat veut montrer sa toute puissance. Je suis très en colère et vraiment pas fière d'être élue de la République », explique Christiane Demontès, devenue marraine d'Alae Eddine il y a quelques semaines. D'ailleurs, le jeune homme répétait souvent avec fierté qu'il avait « une marraine sénatrice » en se pensant à l'abri. Mais cela n'a pas empêché l'expulsion. « Je me sens méprisée par la République », confie l'élue. « L'Etat est en plus en contradiction avec lui-même. Il nous parle d'immigration choisie et alors qu'Alae Eddine avait un CAP de maçonnerie, qu'il avait une promesse d'embauche, il est expulsé ! ».


« Nous allons le faire revenir »


A midi, le jeune marocain était arrivé au Maroc. « Il est parti depuis 5 ans, il ne connaît que très peu de gens là-bas. C'est irresponsable, il n'a que 20 ans et il va devoir trouver des moyens financiers pour vivre », s'indigne Nawel Bab-Hamed, adjointe au maire du 1er arrondissement Nathalie Perrin-Gilbert. « Il a été expulsé de manière inhumaine, il reviendra de manière humaine en France, avec un visa », ajoute-t-elle. Le comité de soutien, composé d'élus, de membres de RESF, et des proches d'Alae Eddine est plus que jamais mobilisé. Georges Gumpel l'assure : « le réseau va se mettre en place et ce jeune homme ne sera pas lâché d'un iota ».

Source Lyoncapitale.fr

Commenter cet article