Sécurité sociale : vers un déficit record de plus de 20 milliards

Publié le par Le Veilleur

Le déficit de la Sécurité sociale risque d'atteindre un niveau jamais vu en 2009, loin des premières estimations de 8,5 milliards annoncées en 2008. De réévaluations en réévaluations le «trou» devrait finalement atteindre un chiffre record autour de 21 milliards d'euros. Il devrait être confirmé par la ministre de la santé Roselyne Bachelot en fin d'après-midi.

Première cause de ce déficit : les destructions d'emplois liées à la crise qui réduisent mécaniquement le montant des cotisations sociales perçues par l'Etat. L'économie française a en effet détruit 187 800 emplois, près de deux fois plus d'emplois salariés dans le privé au premier trimestre 2009 que pour toute l'année 2008, selon des chiffres publiés par l'Insee.

«Il y a moins d'emplois, moins de salaires donc moins d'entrées», expliquait déjà la député UMP Marie-Anne Montchamp début juin, lors d'une communication devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale. A elles seuls, les destructions d'emplois auraient augmenté le déficit de 7 à 8 milliards. La Sécurité sociale est en effet très sensible aux fluctuations de l'emploi, les recettes du régime général provenant toujours aux deux tiers des cotisations sociales assises sur les revenus professionnels.


Marie-Anne Montchamp note que la branche maladie «respecte globalement ses objectifs» et que 2009 devrait se traduire par de «moindres dépenses» sur la branche vieillesse. C'est donc la chute des recettes qui est la principale explication de cette plongée

Cela faisait plusieurs semaines que la barre symbolique des 20 milliards d'euros pour le régime général (salariés) était franchie dans les prévisions officieuses du gouvernement.


Loin des prévisions du gouvernement lors de la préparation du budget 2009


En 2008, lors de la préparation du budget 2009, le gouvernement avait fixé un objectif à 8,6 milliards euros de déficit pour l'ensemble des quatre branches (maladie, vieillesse, accidents du travail, famille), basé sur des hypothèses économiques d'avant-crise.

Le budget de la Sécu, voté par le Parlement en décembre, avait déjà rectifié le tir, à 10,5 milliards d'euros. A la mi-mars, le ministre du Budget Eric Woerth voyait le déficit «aux alentours de 18 milliards d'euros».

Il est donc évident depuis des mois que le record de 2004 (11,9 milliards de déficit) sera largement dépassé et l'objectif d'un équilibre du régime général d'ici 2012 compromis.


Le gouvernement refuse toute hausse de contributions sociales


Se pose désormais la question des mesures qu'envisage le gouvernement. Un début de réponse pourrait être donné après la remise du rapport de la Commission des comptes de la Sécurité sociale (CCSS) et avant que ne commence vraiment l'élaboration du budget 2010 de la Sécurité sociale.

Le ministre du Budget a déjà indiqué ne pas vouloir augmenter la Contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS) ou la CSG (contribution sociale généralisée).

La ministre de la Santé Roselyne Bachelot a expliqué de son côté au Congrès de la Mutualité française qu'elle n'était pas «adepte des grands plans et des réformes du grand soir» pour l'assurance maladie, plaidant pour poursuivre la maîtrise des dépenses.

Source LeParisien.fr

Decidement heureusement que la crise est la pour masquer l'incompetence du gouvernement...

Commenter cet article