Tarnac : Hollande demande à son tour des explications au gouvernement

Publié le par Le Veilleur

Interrogé sur la remise en liberté sous contrôle judiciaire de Julien Coupat, présenté comme le chef d'un groupe soupçonné d'avoir saboté des lignes de train, François Hollande a estimé que le gouvernement devait donner "une explication nécessaire" sur l'enquête et ses conséquences. "On a vu semaine après semaine l'affaire se dégonfler", a résumé l'ancien premier secrétaire socialiste lors du Grand rendez-vous Europe 1-Le Parisien.

Le principal problème de ce dossier, à ses yeux, est "l'incrimination terroriste". "Ou c'étaient des terroristes et alors je m'inquiète qu'ils aient été libérés. Ou ce n'étaient pas des terroristes, ce qui n'empêche pas l'ouverture d'autres procédures pour dégradations de biens, mais alors pourquoi les ministres et la justice, sous pression directe du parquet, ont incriminé les faits", s'est-il notamment interrogé.

"Est-ce que l'ultra gauche c'est du terrorisme ? On peut avoir des idées extrêmes, et je ne les partage pas, a-t-il poursuivi, mais est-ce que avoir des idées révolutionnaires c'est tomber sous le coup de procédures anti-terroristes ?" M. Hollande est le dernier ténor de l'opposition en date à demander des comptes après la libération de M. Coupat, vendredi.

Dominique Voynet avait estimé que Nicolas Sarkozy, François Fillon et Michèle Alliot-Marie devaient "s'expliquer sur les dérives que nous constatons". Les Verts réfléchissent également à demander l'ouverture d'une commission d'enquête parlementaire à ce sujet. Le député socialiste Arnaud Montebourg avait quant à lui exigé la démission pure et simple de Mme Alliot-Marie.

Soure LeMonde.fr

Commenter cet article

Jean+georges 01/06/2009 00:39

Je ne vais pas faire la fine bouche , que Hollande se reveille aussi aprés Montebourg sur cette affaire ne peut que secouer un peu plus le cocotier. Mais ces interventions , je dirais "mollassonnes" ont des relents de campagne électorale. J'ai remarqué que nos représentants de gauche ont fait "silence radio" sur ce sujet pendant les 7 mois où J.Coupat a croupit en prison, sans aucune preuve avérée de terrorisme. D'autre part la libération conditionnelle sous caution, de Coupat et assortie d'une assignation a résidence en Région parisienne avec interdiction de rencontrer sa famille ou ses amis. Ne serais-ce que sur ces aménagements hypocrites il y a de quoi se révolter. Mais vous allez voir qu'aprés le 7 Juin plus personne en parlera. JG.