La sécurité, thème de campagne favori de Nicolas Sarkozy

Publié le par Le Veilleur

En annonçant, jeudi 28 mai, des mesures de lutte contre la violence scolaire, Nicolas Sarkozy remet au cœur de la campagne des européennes le thème de l'insécurité.

Un thème qui, emmené au cœur de la campagne par Jacques Chirac en 2002, avait, entre autres, porté Jean-Marie Le Pen au second tour de l'élection présidentielle. Un thème cher au ministre de l'intérieur, puis au candidat Nicolas Sarkozy, qui voulait nettoyer au "Karcher" les banlieues et qui reprochait aux policiers de "jouer au rugby" plutôt que de de "lutter contre la délinquance".


Pourtant, explique Laurent Mucchielli, chercheur au CNRS et spécialiste des questions de délinquance et de sécurité, "les enquêtes en population générale indiquent que les violences physiques sont stables sur les quinze dernières années". "A l'école, il est cependant possible qu'il y ait un peu moins de violences entre élèves et un peu plus envers les adultes, poursuit-il. Mais dans tous les cas, ce ne sont pas des changements de grande ampleur. Les phénomènes sont anciens et classiques."


"NICOLAS SARKOZY S'ADRESSE À SON ÉLECTORAT"


Pourtant, propositions de loi et décrets se multiplient : décret anti-cagoule (dans les manifestations), loi Estrosi anti-bandes, Lopsi II (loi d'orientation et de programmation pour la sécurité intérieure) et, bientôt, toute une série de mesures pour lutter contre la violence à l'école : fouille des cartables, présence d'équipe mobile d'agents dans l'école, développement de la vidéosurveillance. "Ce gouvernement s'acharne dans l'idée d'une réponse simplement policière et technique, estime M. Mucchielli, ce qui est une erreur et une vision à courte vue. On ne réglera pas les problèmes sociaux en ajoutant des articles dans le code pénal. C'est même démagogique. "


Une manière de pousser les électeurs aux urnes, selon Dominique Reynié, professeur à l'IEP de Paris et spécialiste de l'opinion politique et des mouvements électoraux. "Nicolas Sarkozy parle de la sécurité pour parler à son électorat", explique-t-il.

Source LeMonde.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article