Retraite forcée pour le gynéco proche de la famille Sarkozy...

Publié le par Le Veilleur

Le président de la 8e chambre correctionnelle de la Cour d'Appel de Versailles a été pris d'un malaise au moment même de prononcer la sentence, cette après-midi un peu après15 heures. Livide, il ânonné le verdict dans un souffle... La sentence n'en est pas moins tombée comme un couperêt. Onze ans après le décès de Sophie Porte en couches, le gynécologue star de la très chic clinique Sainte-Isabelle de Neuilly-sur-Seine qui l'avait accouché écope de 30 mois d'emprisonnement avec sursis, six de plus qu'en première instance. Surtout, son interdiction définitive d'exercer est confirmée. L'anesthésiste poursuivi lui-aussi pour négligences (il avait passé l'après-midi du drame sur un terrain de golf, portable éteint), Dr. Didier Bouquiaux, est quant à lui condamné à une interdiction provisoire d'exercer d'un an, contre deux en première instance. La sage femme, Françoise Bicheron, est relaxée.
De même que la Clinique.  

Le mari de la victime, Jean-Marie Porte, savoure l'instant. Sa fille cadette, Marie, a fêté ses 11 ans le 7 mai. L'aînée est âgée d'à peine deux ans de plus. Orphelines d'une mère qu'elles ont trop peu connue, les deux soeurs ont attendu longtemps l'explication au vide qui les entoure. Pour elles enfin, le poids de la faute change de camp.

"Le soulagement est immense", souffle le père.  Maître Sophie Maltet, son avocate depuis l'origine de la procédure, confirme...


Adulé par ses patientes, longtemps proche de la famille Sarkozy, le Dr. Sibella a continué d'exercer au sein de la clinique Saint-Isabelle pendant toute la durée de son procès. Celui qui a choisi de quitter sa patiente en dépit d'une hémorragie de la délivrance, qui n'a pas souhaité interrompre ses  consultations privées aux premiers appels d'alerte passés par la sage-femme à son cabinet, qui n'a pas hésité à retoucher le dossier médical de la défunte, ni à reporter plus tard la faute sur ses coéquipiers, a nié en bloc, jusqu'au bout, tout soupçon de négligence. A l'énoncé du verdict encore, le praticien déchu n'a pas cillé. Sans doute n'imaginait-il pas que la justice, pas plus que quiconque, le prendrait un jour en défaut.


Source LExpress.fr 

Negligence, Falsification de dossier...pas de doute c'est un pote a Sarkozy lol

Commenter cet article