Les réunions express de Dati

Publié le par Le Veilleur

Veste courte en cuir, pantalon moulant et escarpins à talons aiguilles noirs, Rachida Dati est arrivée à 20 heures, hier soir, avec une demi-heure de retard. Pendant que Michel Barnier, coordinateur national de la campagne UMP des européennes et tête de liste en Ile-de-France, est en meeting à Toulouse, la garde des Sceaux, (numéro 2 sur sa liste) a rendez-vous dans le Ier arrondissement de Paris.


Dans la salle, ils sont environ 70, essentiellement des militants UMP. « Rachida n’a pas beaucoup d’expérience sur l’Europe et je viens voir comment elle se débrouille », dit Alain, retraité. Jean-François Legaret, maire UMP de l’arrondissement, salue l’action de Dati… comme maire du VIIe : « Elle est extrêmement active et investie dans tous les combats. » Mais le sujet de la réunion, c’est l’Europe au quotidien. « Je sais qu’une fois élue à Strasbourg, tu reviendras nous voir, poursuit-il. Avec toi, on ne perdra pas le contact avec le Parlement européen. »

Debout, micro en main, Dati fait une courte introduction. « Ce qui est important, commence-t-elle, c’est de lutter contre l’abstention. C’est une élection à un tour. » Elle vante le bilan de Nicolas Sarkozy pendant la présidence française de l’Union. La première question porte sur la Turquie : « Etes-vous contre son entrée dans l’Union européenne ? » « Nous n’y sommes pas favorables, mais nous ne sommes pas contre les Turcs. » « Bayrou peut-il nous faire beaucoup de tort ? », lui demande-t-on. « Il est contre tout, tout le temps, je ne veux pas participer à cela », dit-elle sous les applaudissements.

L’auditoire lui est largement acquis

Ses réponses ne sont pas toujours très précises, mais elle s’efforce d’utiliser des exemples concrets et cela plaît. Il est vrai que l’auditoire lui est largement acquis. Il n’y aura pas de question qui fâche. Rien sur la polémique lancée par le PS qui accuse les ministres Barnier et Dati de faire campagne avec les moyens de l’Etat. Rien non plus sur l’ex-juge Eva Joly (colistière du Vert Daniel Cohn-Bendit en Ile-de-France) qui parle « d’imposture » à propos du bilan ministériel de la garde des Sceaux. Au bout d’une heure, c’est déjà fini.

Rachida, tout sourire, pose avec des jeunes avant de repartir sous les acclamations. « Elle se donne », juge un militant, qui ajoute : « Il faut bien comprendre que ça l’emm… de venir ici. »

Source LeParisien.fr

Je sais pas pourquoi mais quand je lis cet article je ne peux m'empecher de voir un beau defilé partriotique de la Corée du Nord dans ma tête lol... Tout est beau, pas de question qui fachent...

Commenter cet article