TÉLÉTRAVAIL : Frédéric Lefebvre ne désarme pas

Publié le par Le Veilleur

Le député UMP Frédéric Lefebvre ne dépose pas les armes sur le télétravail. Il entend déposer un nouvel amendement visant à permettre aux salariés de pouvoir continuer à travailler à domicile lorsqu'ils sont en arrêt maladie, en congé maternité ou en congé parental. Une première mouture de son amendement a été rejetée lundi soir par la commission des Affaires sociales de l'Assemblée. Son texte avait été déposé dans le cadre d'une proposition de loi UMP émise par Jean-Frédéric Poisson visant à assouplir les règles du prêt de main-d'oeuvre. Mais la majorité de la commission a voté contre la proposition de Frédéric Lefebvre, toute la gauche, mais aussi plusieurs élus UMP, ne l'ayant pas retenu.

Selon l'exposé des motifs de son premier amendement, Frédéric Lefebvre entendait "permettre aux salariés qui en feraient la demande de maintenir une activité par la voie du télétravail dans certains cas où leur contrat est normalement suspendu". "Le télétravail, c'est beaucoup d'avancées pour les salariés, pour l'écologie. Ils peuvent habiter plus loin d'une métropole, avoir des logements plus grands et prendre moins de transports", a plaidé mardi matin sur RTL le porte-parole de l'UMP. Côté entreprises, "quand vous diminuez les coûts fixes, avec moins de bureaux, vous pouvez avoir plus d'employés, plus d'embauches", a-t-il fait valoir. À la question "Allez-vous redéposer un amendement" ?, Frédéric Lefebvre a répondu : "Bien sûr !" Et de justifier : "Quand on fait des propositions innovantes, je comprends que cela suscite des oppositions. La France est en retard sur le télétravail. Il est moins développé qu'ailleurs."

"Cet amendement relève de l'absurde"

D'après le député UMP, le télétravail, c'est mettre "l'innovation" et "la modernité" au service des salariés. "Il y a des salariés qui subissent un arrêt maladie qui sont immobilisés chez eux deux mois mais qui ont les facultés intellectuelles pour travailler. (...) Je ne vois pas pourquoi les moyens modernes aujourd'hui à leur disposition, on ne les mettrait pas pour qu'ils puissent continuer à travailler et avoir des revenus supérieurs."

Mais cette proposition suscite déjà de vives critiques. L'Association Fnath (accidentés du travail et handicapés) a dénoncé une "provocation de plus pour les personnes en arrêt maladie". Cela ne "vise ni plus ni moins qu'à permettre aux travailleurs en arrêt maladie à travailler de chez eux... et pourquoi pas le dimanche aussi ?", s'est interrogée l'association. "Un jour, on va essayer de faire travailler les morts. Je pousse le raisonnement à l'absurde, mais je considère que cet amendement relève de l'absurde", a réagi de son côté lundi soir sur France 3 le secrétaire général de Force ouvrière Jean-Claude Mailly.

Source LePoint.fr

On a déja pu s'en rendre compte avec l'Hadopi, le gouvernement est très tétu !!! Une loi ne passe pas ? c'est pas grave ils la presenteront autant de fois que necessaire a son adoption, avec au besoin un sermon de Sarkozy au élus UMP si ceux ci expriment un desaccord !!!
Ah elle est belle la democratie française... 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article