le CSA rejette la saisine du PS contre le clip gouvernemental

Publié le par Le Veilleur

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a rejeté mercredi la saisine du Parti socialiste demandant la suspension de la diffusion du clip gouvernemental pour les élections européennes du 7 juin, a annoncé le conseil dans un communiqué.


Lors d'une réunion plénière, "le Conseil a considéré que le message diffusé n'est pas une incitation à voter en faveur de certains candidats et qu'il ne constitue pas une émission publicitaire à caractère politique au sens de l'article 14 de la loi du 30 septembre 1986", selon le communiqué.


Les socialistes avaient demandé lundi au CSA de suspendre la diffusion de ce spot destiné à inciter les Français à voter, en y voyant une "propagande électorale de l'UMP".


Le clip du Service d'information du gouvernement (SIG), diffusé depuis le 9 mai sur les chaînes de télévision pour rappeler les réalisations concrètes de la construction européenne, se termine par des images de Nicolas Sarkozy lors de la présidence française de l'Union européenne et du sommet du G-20.


Co-auteur de la saisine, le porte-parole du PS Benoît Hamon a jugé "pour le moins lapidaire et non motivée" la réponse du CSA, qui n'oppose "pas un début d'argument" aux socialistes. "Nous maintenons notre position sur le fond: ce clip n'est pas un clip de mobilisation civique. C'est une publicité tout juste déguisée pour l'UMP et financée par l'Etat", a déclaré à l'Asssociated Press le député européen socialiste, informé de la décision par un appel téléphonique du président du CSA Michel Boyon.


Il a ajouté que les socialistes envisageaient des suites. Le PS prépare une saisine de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques contre "l'utilisation de moyens de l'Etat par l'UMP".

Benoît Hamon a assuré que ces initiatives ne faisaient pas partie d'une "stratégie politique de diversion" alors que le PS est distancé par l'UMP dans les sondages.

Source NouvelObs.com

Commenter cet article

walkmindz 20/05/2009 18:44


Iconographie chaotique pour une jeunesse désorientée, tout cela au nom de l’absentéisme, nul besoin de drapeau blanc.
Quand on consomme des subventions sans acheter la technocratie, on finit par fantasmer le régime des autres.
L’image modèle le sens des mots, fonction des dégâts collatéraux promulgués par la majorité.
Quand la publicité partisane remplace l’éducation civique, il n’y a plus d’élèves, plus de maîtres, que des Dieux avec un bulletin.
La suite ici :
http://souklaye.wordpress.com/2009/05/18/post-it-dictature-de-l’image-et-democratie-des-consommateurs/