Hertz exige la solidarité et ampute les salaires

Publié le par Le Veilleur

La société de location de voitures a demandé à ses cadres de combien ils acceptaient de voir leur salaire amputé en attendant la reprise. La somme 0 euros n'était pas proposée.

(Sipa)

La société de location de voitures Hertz a demandé à ses cadres de bien vouloir accepter une baisse "volontaire" de salaire pour faire face à la crise, affirme Libération jeudi 14 mai. La loi française empêche en effet les employeurs d'amputer les salaires sans l'accord des employés. Il fallait donc qu'Hertz obtienne ce feu vert. En mars, la direction a donc envoyé un courrier aux cadres, réclamant un "effort de solidarité par tous les managers afin de préserver au maximum les emplois" se traduisant par "une réduction en % et fonction du statut, sur le salaire brut de base mensuel pour une période de trois mois (…) sur la base du volontariat".


Problème de méthode


Chaque cadre devait, avant le 30 mars, renvoyer le courrier après avoir coché la case correspondant à son statut dans l'entreprise, chaque statut correspondant à un pourcentage. Aucune case n'était prévue pour s'opposer à cette amputation de salaire et mention était faite que sans réponse "nous considérons que vous avez acceptez".

Des méthodes dénoncées par les syndicats mais beaucoup de salariés "n'ont pas osé dire non. Peur d'avoir une carrière qui n'avance plus ou d'être poussés au départ dans le prochain plan social", selon un proche de la CGT cité par Libération.

En 2008, le groupe américain qui emploie 1400 salariés en France a affiché une perte de 1,2 milliard de dollars (0,9 milliard d'euros). En janvier, il a annoncé la suppression de 4000 emplois dans le monde en quatre ans.

Source Nouvelobs.com

Question bete...Les patrons qui touchent des salires de fou ils ont fait un effort eux ?

Commenter cet article