Hadopi : le cadre de TF1 licencié contre-attaque

Publié le par Le Veilleur

Jérôme Bourreau, l'ancien responsable du pôle innovation Web du groupe TF1 licencié pour avoir, selon la chaîne, pris position contre le projet de loi Hadopi, affirme, mardi 12 mai, qu'il a été renvoyé sur demande du cabinet de la ministre de la culture, Christine Albanel, et non pour faute professionnelle.

"Contrairement à ce qu'ils affirment dans leur communiqué, TF1 n'avait rien à me reprocher", confie M. Bourreau au site Numerama. La chaîne reproche à son ancien employé des "prises de position particulièrement radicales exprimées publiquement" au sujet d'Hadopi, notamment à travers un mail envoyé le 18 février à la députée de Paris Françoise de Panafieu.

"LES PRESSIONS DU CABINET D'ALBANEL ÉTAIENT TROP FORTES"

"Je n'ai jamais exprimé de positions contre l'Hadopi publiquement, ni même en interne à TF1. J'aurais pu le faire en utilisant un pseudonyme sur un forum ou un blog mais j'estime que j'ai le droit de m'exprimer en mon nom", explique-t-il, ajoutant que son mail à Mme de Panafieu a été envoyé "avec [son] adresse Gmail". Numerama souligne qu'"il y a encore un an, M. Bourreau avait été félicité et promu par la direction de la chaîne". "Mais on lui aurait fait comprendre que les pressions du cabinet de Christine Albanel étaient trop fortes pour le laisser en poste", ajoute le site.

Me Emmanuel Noirot, l'avocat de Jérôme Bourreau, affirme que les reproches contre son client "sont infondés et ne figurent pas dans la motivation de la lettre de licenciement" et dément que TF1 ait eu une "quelconque prise de position officielle en soutien du projet de loi Hadopi". Il affirme qu'une plainte sera déposée devant les prud'hommes.

Dimanche, Christine Albanel avait suspendu pour une durée d'un mois le responsable de son ministère qui avait transmis à TF1 l'email adressé par M. Bourreau à Françoise de Panafieu. Dans un premier temps, Mme Albanel avait assuré que ses services n'étaient en rien impliqués dans cette affaire.

Source LeMonde.fr

Commenter cet article