Hadopi : TF1 la chaine à Sarkozy !!!

Publié le par Le Veilleur

Un cadre de TF1 licencié après un courriel hostile à "Hadopi"

PARIS, 7 mai - Un cadre de TF1 fait l'objet d'une procédure de licenciement déclenchée selon lui par l'envoi d'un courrier électronique où il critiquait le projet de loi réprimant le téléchargement illégal sur internet.


Comme le révèle Libération, le courrier électronique a été envoyé de son adresse privée le 19 février par ce cadre, Jérôme Bourreau-Guggenheim, responsable de l'innovation internet de la chaîne, à la députée UMP de son arrondissement de Paris, François De Panafieu, laquelle l'a retransmis à la ministre de la Culture Christine Albanel.


Le 4 mars, le cadre a été convoqué par sa hiérarchie qui lui a reproché ce courriel et, le 16 avril, il a reçu sa lettre de licenciement évoquant une "divergence forte avec la stratégie" de la chaîne, selon la lettre publiée par Libération.


"Nous considérons cette prise de position comme un acte d'opposition à la stratégie du groupe TF1", dit la lettre.


TF1 se refuse à tout commentaire, a dit une porte-parole.


Christine Albanel "trouve absurdes les accusations du journal et affirme n'avoir jamais contacté la direction de TF1", dit un communiqué de la ministre.

Le ministère assure que l'équipe parlementaire de Françoise de Panafieu a saisi le ministère pour obtenir "des informations techniques" sur le projet de loi afin de répondre au courrier du cadre de TF1.


Jérôme Bourreau s'est déclaré sur Europe 1 "surpris et choqué" de la procédure qui le vise. "J'ai découvert quelle était la position de TF1 et quel était le rôle de TF1 auprès des politiques", a-t-il dit.


Il va engager des poursuites auprès de la Haute autorité de lutte contre les discriminations (Halde) et va contester son licenciement au tribunal des Prud'hommes.

La procédure de licenciement est intervenue après le vote-surprise du 9 avril à l'Assemblée rejetant le projet de loi en question, en raison de l'absence massive de députés UMP. Le gouvernement l'a représenté aussitôt et il est réexaminé actuellement.


Ce texte instaure des sanctions réprimant le téléchargement illégal pouvant aller jusqu'à la déconnexion de l'abonnement internet avec maintien de l'obligation de payer les factures.

L'opposition de gauche et le centre dénoncent depuis 2007 la supposée proximité de TF1 avec l'Elysée et l'UMP. Le propriétaire de TF1, le groupe Bouygues, est dirigé par Martin Bouygues, témoin de Nicolas Sarkozy à son deuxième mariage et parrain de son plus jeune fils Louis.

Source Reuters

Mais où est donc passer la liberté d'expression si chère au francais...

Commenter cet article

hadopitre 07/05/2009 22:17

"La liberté d'expression vaste plaisenterie l'écart est grand entre ce qui s'entend et ce qui est dit " (iam)Tf1(bouygues) veut controler internet suite a sa baisse de chiffre d'affaire son objectif est de prendre le controle sur internet .France télévision est sous controle du gouvernement La radio sous controle du csaidem pour la presseLe président et ses amis veulent controlerl'opinion publique et censurer tout le monde.