Hortefeux pense qu'ils en ont assez fait...

Publié le par Le Veilleur

Le ministre du Travail, Brice Hortefeux, écarte samedi 2 mai de nouvelles mesures immédiates à l'issue du 1er Mai unitaire, affirmant que "la seule réponse à la crise, c'est davantage de protection, du concret et de la justice". "Il faut laisser du temps pour que les nombreuses mesures déjà prises se déploient et que leurs bénéficiaires en perçoivent les effets", affirme Brice Hortefeux dans un entretien publié samedi dans Le Figaro. Mais, assure-t-il, "le sarkozysme, c'est la réactivité. Si la crise perdure ou s'intensifie, nous nous adapterons". "Nous ferons à l'été avec les partenaires sociaux l'évaluation des mesures prises, et nous en tirerons ensemble les conséquences", déclare-t-il.

"Témoignage collectif d'inquiétude"


Le président Nicolas Sarkozy "a déjà décidé de très nombreuses mesures pour donner à ceux qui sont le plus touchés un emploi, une formation ou un revenu", estime le ministre du Travail, citant le plan pour les jeunes dévoilé la semaine dernière, "la fin des retraites chapeaux, des parachutes dorés, des stock-options et des bonus", ou encore "la création du fonds d'investissement social".

Interrogé sur ce 1er Mai lors duquel 465.000 personnes, selon la police, et plus de 1,2 million, selon la CGT, ont défilé vendredi dans toute la France à l'appel de tous les syndicats, Brice Hortefeux estime que "ce fut une journée de tradition dans un contexte d'exception".

"Ce fut avant tout un témoignage collectif d'inquiétude après ceux de janvier et mars", affirme le ministre qui "observe néanmoins que le nombre de manifestants a été très nettement inférieur aux journées du 29 janvier et 19 mars, comme les responsables syndicaux l'ont eux-mêmes indiqué".

Source Nouvelobs.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article