Nous on a le droit ! Pas vous!

Publié le par Le Veilleur

Amende avec sursis pour le courriel insultant Rachida Dati

rachida-la-grosse-pute, c’est l’adresse Internet à partir de laquelle cet informaticien avait écrit à la garde des Sceaux... Rachida Dati avait assez peu goûté l’insulte, et s’était constitué partie civile. Le tribunal correctionnel de Paris l’a condamné à 1.000 euros d’amende avec sursis.

 

N’est pas pirate informatique qui veut... Cet informaticien de 24 ans l’a appris à ses dépens, lui qui avait envoyé un courriel d’injures à la Garde des Sceaux, l’an dernier. L’homme avait créé une adresse bidon, intitulée très poétiquement "rachida-la-grosse-pute@wanadoo.com". Le contenu du courriel, adressé à des collaborateurs de la mairie du VIIe arrondissement, dirigée par la ministre, était bien en-deçà : "Naze, naze, naze, le peuple aura votre peau !"

L’injure n’avait pas vraiment plu en haut lieu. Et Rachida Dati en personne s’était constituée partie civile.
Ce n’est pas le contenu du message, mais l’aspect jugé injurieux de l’adresse qui avait incité à un dépôt de plainte au nom de la ministre de la Justice, pour "outrage sur une personne dépositaire de l’autorité publique".

A l’audience, le 4 mars dernier, le procureur avait requis un mois de prison avec sursis. L’avocat du prévenu, Me Gilbert Collard, avait demandé la nullité de la procédure en fustigeant le "défaut d’impartialité de l’autorité d’enquête", en l’occurrence le procureur de la République soumis hiérarchiquement à la Chancellerie. Nullité rejetée aujourd’hui par le tribunal.

Le tribunal correctionnel de Paris a préféré le condamner à une amende de 1.000 euros, avec sursis également.
Cela dit, l’informaticien a déjà payé son geste assez cher : il a été interpellé chez son employeur, qui l’a par la suite licencié...

Source France Info

Alors les "casse toi pauvre con" de Sarkozy ca c'est bon mais par contre la c'est grave!!! elle est passée où l'Egalité de "Liberté, Egalité, Fraternité" ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article